L’engagement américain dans la lutte anti-terroriste au Maghreb et au Nord-Ouest africain face au conflit saharien

extrtemistesLes rapports entre les Etats-Unis et le Maghreb sont complexes. Ils sont enracinés dans les alliances et équilibres issus de la décolonisation et la guerre froide. Le Maghreb en tant que région n’était important pour les Etats-Unis que par rapport aux conséquences que l’évolution de la paix mondiale pouvait avoir sur la stabilité de l’Europe méridionale. Trois périodes au cours desquelles les Etats-Unis accordèrent une attention au Maghreb : la seconde guerre mondiale, la décolonisation dans les années 1950 et le conflit du Sahara à partir des années 1980 et dont le déclenchement a suscité un intérêt géopolitique face aux rivalités algéro-marocaines.

L’émergence des mouvements islamiques au Maghreb a été au début et pendant plusieurs années vu et analysé différemment par Paris et Washington. Vu de Paris, le mouvement a eu des répercussions immédiates et urgentes. Vu de Washington, il est périphérique et lointain, dans la dernière décennie du 20ième siècle, les actes terroristes qu’ont connu les pays du Maghreb quoique suivis par les services américains n’avaient aucune incidence directe sur la sécurité nationale des Etats-Unis ni même sur les préoccupations stratégiques américaines de l’après-guerre froide. Les Etats-Unis percevaient le mouvement islamique et l’analysaient en le liant avec l’avenir de leurs relations avec le monde islamique.

Depuis le 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont commencé à avoir une nouvelle approche sur le mouvement islamique en général et sur le terrorisme en particulier. Face à l’islamisme politique militant dans la légalité, l’alternative serait-elle un accommodement ou bien une attitude de non belligérance fondée sur l’espoir d’un mouvement évolutif, c’est-à-dire une adaptation de l’islamisme militant aux réalités et aux contraintes politiques, économiques, culturelles et technologiques. Face au terrorisme qui menace la paix dans le monde, les Etats-Unis ont décidé de le traquer là où il se trouve.

Devenue un véritable champ de bataille contre le terrorisme, l’Afrique sub-saharienne est de plus en plus vulnérable face à l’extrémisme islamique qui essaie d’étendre son influence à travers le Sahel et l’Afrique de l’Est, les rivalités entre l’Algérie et le Maroc au Sahara occidental perturbent les plans américains dans la région. On ne peut pas trouver meilleures conditions de prolifération du terrorisme dans cette région, que des conflits qui perdurent.

La forte émergence de l’islamisme radical, le chaos prévu par les analystes aussi bien que les risques d’insurrection armée ont renforcé l’importance stratégique du Maroc aux yeux des américains. Le Maroc est perçu comme une forteresse en raison de sa stabilité interne et sa situation de rempart géographique contre le terrorisme. La crainte des Etats Unis était que la déstabilisation du Maroc ou de l’Algérie entraine par ricochet des conséquences terribles pour l’Europe.

Soucieux de la paix et de la sécurité dans la région les Etats-Unis ont souvent appelé à ce qu’une issue se dégage du conflit saharien qui affecte toute une région fortement perturbée par le terrorisme. Entre les Etats-Unis, le Maroc et l’Algérie, les Etats-Unis entretiennent avec les deux pays des relations et des intérêts stratégiques à des degrés et des appréciations différents. Pour les Etats-Unis, la stabilité de l’ensemble des pays du Maghreb et de la région du sahel suppose une entente et coopération active entre les pays de la région et l’ensemble de la communauté internationale car le terrorisme est une menace planétaire. Le conflit du Sahara peut trouver sa solution dans des négociations entre l’Algérie et le Maroc sur la base du projet marocain d’autonomie. L’objectif stratégique est de réaliser ce vieux rêve d’intégration du Maghreb, certes ce n’est encore qu’un rêve mais il est possible de réaliser en dépassant les différends conjoncturels.

Lors de la dernière visite du roi Mohammed VI aux Etats-Unis, le Président Barack Obama, comme il ressort du communiqué commun, reconnait le leadership du souverain marocain et les actions menées par le Maroc dans le domaine du maintien de la paix dans les pays d’Afrique. Les travaux de la 2ieme session du dialogue stratégique maroco-africain ont été également sanctionnés par un communiqué qui juge le projet marocain comme une approche potentielle qui pourrait satisfaire les aspirations de la population du Sahara à gérer ses propres affaires dans la paix et la dignité. Par la même occasion les deux pays expriment leur position partagée à œuvrer pour une amélioration des conditions de vie des populations du Sahara et examine la voie appropriée pour atteindre cet objectif. Il faut rappeler également que le Maroc est lié avec les Etats-Unis par les accords de libre échange et d’alliance stratégique.

Le projet marocain a été jugé crédible par le conseil de sécurité. Les Etats-Unis l’ont soutenu, parce que pour eux il constitue une sorte de voie médiane entre l’autodétermination et l’intégration au Maroc et va dans le sens de l’objectif américain de développer au sein du Maghreb une coopération militaire, économique et sécuritaire. Le projet marocain met à l’aise le gouvernement américain qui a toujours adopté une politique timidement neutre tout en évitant une franche inimitié avec l’Algérie. Le conflit source de tension dans la région est un point de discorde qui entrave la réalisation d’une intégration économique maghrébine avec laquelle les Etats-Unis souhaitent établir un large partenariat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *