Parfum de scandale au Parlement européen

Après la publication par le quotidien espagnol El Pais d’un rapport tendancieux sur la situation des droits de l’homme au Sahara marocain, rapport officieux et non discuté au sein du Parlement européen, fait par des députés favorables aux thèses sécessionnistes des séparatistes du Polisario, le parlement  marocain a réagi et demandé des explications, par la voix du Président de la Chambre des députés qui a fait le voyage à Bruxelles et s’est entretenu avec le Président de l’institution européenne en marge de la 5ème session plénière de l’Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne (APEM).  Il n’a pas manqué d’exprimer son indignation devant un tel acte et exprimé la nette réprobation de l’ensemble de la classe politique marocaine à ce sujet.  Ce pseudo rapport sur les droits de l’homme au Sahara ne reflète aucunement la réalité observée sur le terrain.  Déséquilibré et tendancieux à souhait, il reproduit des fantasmes et des accusations d’une époque révolue dans laquelle les sahraouis seraient victimes de toutes les exactions possibles, niant le travail accompli au Maroc en matière de droits de l’homme par l’instance Equité et réconciliation, travail courageux et atypique qui n’a pas son pareil même dans les pays développés par rapport aux pages sombres de leur histoire. 

A ce sujet, M. Pottering a promis qu’il allait «prendre toutes les mesures nécessaires pour identifier l’origine de cette fuite et tirer les conclusions qui s’imposent». Par ailleurs, le vice-président de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb au Parlement européen, Alain Hutchinson, a protesté contre ce qu’il faut appeler une grosse machination : «Je suis très irrité, a-t-il dit,  parce que je trouve que c’est une scandaleuse manipulation et un acte irresponsable de la part de certains députés. Publier un texte et en le présentant comme un rapport définitif du Parlement européen, c’est faire preuve de peu de déontologie», a-t-il dénoncé.
Il est à souligner que les auteurs de ce projet ont dépassé le cadre strictement humanitaire de leur mission pour émettre des recommandations de nature politicienne. Pour s’en rendre compte, il suffit de relever que ce projet de rapport appelle l’Union européenne à intervenir auprès des Nations unies pour «élargir le rôle de la Minurso au contrôle de la situation des droits de l’Homme au Sahara». Au demeurant, les auteurs de ce projet de rapport ne se rendent pas compte qu’ils reprennent à leur compte une des revendications des séparatistes, état de choses incompatible avec l’éthique et l’esprit de neutralité, à défaut d’objectivité qui doit animer des députés européens, par rapport à un conflit régional. De plus, cette recommandation, si elle est adoptée,  constitue en elle-même une atteinte au principe international du respect de la souveraineté des pays.  
Aussi le Parlement européen s’est-il engagé à lancer  une enquête visant à identifier les auteurs des fuites à la presse dudit projet de rapport sur les droits de l’Homme au Sahara, objet de scandale.
Le gouvernement marocain a fait part, également, de son étonnement et a exhorté l’institution européenne à faire preuve de circonspection et de retenue dans le traitement de tels dossiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *