Mustapha salma : campagne de solidarité avec le dissident du Polisario

Le dissident du Polisario, Mustapha Salma, continue de lutter pour son droit à retrouver ses enfants et sa famille dans les camps de Tindouf, en territoire algérien. Un combat qui plusieurs associations et défenseurs des droits humains sont déterminés à soutenir à travers une campagne internationale de solidarité. L’ancien cadre du Polisario, refoulé des camps de Tindouf pour avoir soutenu publiquement le plan marocain d’autonomie au Sahara Occidental, observe depuis le 1er juin, un sit-in devant le bureau du HCR à Nouakchott. Un geste qui pointe la responsabilité du Haut Commissariat aux réfugiés dans la perpétuation de ce cas d’exil forcé. Depuis plus de six mois, le HCR qui avait supervisé le transfert provisoire de Mustapha Salma des camps de Tindouf vers Nouakchott, multiplie les tergiversations, exacerbant encore plus la situation dramatique du dissident. Les défenseurs des droits humains reprochent particulièrement au HCR d’avoir failli à sa responsabilité internationale. Celle-ci consiste normalement à faire pression sur le Polisario, et sur l’Algérie en tant que pays hôte, pour autoriser Mustapha Salma à retourner auprès de ses enfants restés dans les camps de Tindouf.

Les associations et défenseurs des droits humains à l’origine de l’initiative assurent que leur objectif est d’élargir le cercle de solidarité avec Mustapha Salma afin de sensibiliser l’opinion publique et mobiliser les médias internationaux en faveur de la cause du dissident. Le programme d’action de ce groupe de solidarité commencera par un rassemblement devant le siège des Nations Unies à Rabat. Cette action sera suivie par une série de visites de défenseurs des droits humains à Nouakchott, là où Mustapha Salma continue son sit-in ouvert devant le bureau du HCR. Parmi les autres actions envisagées, figure la création d’une commission internationale qui aura pour mission d’enquêter sur les violations des droits de l’homme dans les campements de Tindouf. L’objectif est de lever le voile sur les abus perpétrés depuis près de quatre décennies par le Polisario contre les populations sahraouies de Tindouf. Et en tête de ces abus, le déni du droit à la libre expression et à la liberté de mouvement des sahraouis de Tindouf.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *