Mobilisation spontanée des citoyens marocains pour la défense de l’intégrité territoriale (Manbita al Ahrar)

mobilisation-marocainDans un contexte où les crises ne cessent de s’enchainer à travers le Monde, l’affaire du Sahara ne serait-elle pas que la finalité d’une nouvelle tentative de déstabilisation de la seule zone ayant échappée à la montée successive d’insurrections dans d’autres régions comme cela a pu être le cas en Libye, en Irak, au Yémen ou encore en Syrie où règne le Chaos.

La dernière visite au Sahara du Secrétaire Général de l’ONU, Monsieur Ban Ki-Moon, qui se devait être pacifiste pour enfin trouver une solution à ce drame qui dure depuis plus de quarante ans, n’a fait que mettre le feu aux poudres.

Face aux propos inadmissibles, et qui plus est, venant d’un haut fonctionnaire onusien, Monsieur Ban Ki-Moon, avait qualifié le Maroc, qui a récupéré légalement son Sahara,  comme pays « occupant ».

Les réactions à l’encontre du Secrétaire Général de l’ONU ont non seulement provoqué la colère du gouvernement marocain mais ont également soulevé la patrie marocaine dans sa globalité qui a prouvé une fois de plus son attachement à l’intégrité territoriale du Royaume. Ceux-ci, soyons claire, ne date pas d’aujourd’hui, ce n’est juste qu’un rappel au monde de l’enracinement du patriotisme marocain qui reflète un modèle de solidarité et d’unicité.

Ainsi, des manifestions pour dénoncer les propos provocateurs du secrétaire général des Nations Unis  ont été spontanées et organisées à la propre initiative des citoyens. La première à Rabat, qui a connu un grand succès et, qui face à l’appel des militants venus de toutes régions du pays, fut une preuve de cette disponibilité de sacrifice connue chez le marocain depuis des siècles.

Le patriotisme ne s’est pas manifesté qu’à l’intérieur du pays où l’on pourrait penser qu’il s’agisse d’un acte manipulé par le gouvernement. En effet, d’autres manifestions ont suivi celle de Rabat, notamment à Paris, à Londres ou encore à New York où des citoyens marocains résidents de ces pays respectifs se sont érigés devant les institutions concernées pour montrer leur mécontentement.

L’histoire du Patriotisme marocain se répète donc encore une fois après le 16 octobre 1975. Dans une démarche patriotique qui a étonné, émerveillé le monde, stupéfié les sceptiques et les indécis, le roi Hassan II annonçait au peuple marocain et au monde l’organisation d’une marche pacifique appelée « marche verte » pour la récupération du Sahara sous occupation espagnole. Les observateurs passaient de l’étonnement à l’admiration là encore l’histoire est venue s’incliner. On assiste, dès lors, à un renversement quand l’homme désarmé devient de plus en plus fort que l’homme armé, qui au contraire perd de plus en plus conscience de l’histoire des peuples. En inventant ce procédé pacifique de décolonisation, le Maroc vient de donner le meilleur exemple qu’une lutte n’a besoin de réussir que de la conjugaison de la volonté d’un mobilisateur et la détermination d’un peuple.

Pour que cette flamme ne s’éteigne guère, les moments exaltants de l’histoire du patriotisme marocain doivent être rappelés car quand on se rappelle son histoire et quand on croit à sa cause tout s’efface au moment de l’épreuve, les craintes disparaissent, et chacun n’est plus obsédé que par le succès de la cause qu’il défend où chacun n’est plus animé que par sa foi comme l’a dit le poète tunisien Abou Kacem Chabbi « quand un peuple veut vivre, le destin s’incline les ténèbres se déchirent et les chaines se brisent ».

A l’heure où dans une marche que bénira l’histoire, le roi Mohammed VI, s’engage dans une voie de développement durable et un choix démocratique pour le règlement pacifique de ce conflit artificiel qui menace tout une région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *