L’alliance stratégique Maroc – Pays du Golfe

alliance-maroc-ccgL’originalité de la politique étrangère du Maroc vis-à-vis du monde arabe depuis l’accession au Trône du roi Mohammed VI est de maintenir une totale indépendance et une neutralité d’esprit et de jugement, ne jamais récuser personne et ne jamais s’impliquer dans les divisions arabes. Il s’est toujours refusé à jeter des exclusivités ou à procéder à des discriminations d’ordre idéologique. Pour le Maroc et son roi, le dénominateur commun, c’est l’arabisme basé sur une origine commune et un destin commun. Le périple du roi Mohammed VI dans les pays du Golfe s’inscrit dans une double conjonction de racines séculaires et du prima de l’économie. Dans un contexte aggravé par la récession mondiale, le Maroc n’a d’autre choix que de se tourner vers les filiations originelles et les affinités civilisationnelles et d’opérer un retour aux sources, autant qu’il existe une forte volonté des pays du Golfe en vue d’accompagner les projets développement au Maroc, conformément aux priorités fixées par le royaume.

Mais ces relations si profondément enracinées ne se limitent pas uniquement aux intérêts économiques. Le Maroc se considère comme concerné par toute atteinte à la stabilité de ces pays, c’est la raison pour laquelle il intervient militairement au Yémen. Le Maroc, pays musulman sunnite, dont le roi est le commandeur des croyants n’intervient pas au Yémen aux coté des pays du Golfe pour combattre ses frères, les musulmans chiites. La guerre civile au Yémen qui oppose les Houthis chiites et le gouvernement de transition d’Abd Rabbo Mansour Hadi n’a pas laissé d’autre choix à l’Arabie saoudite que d’y intervenir militairement.

L’Arabie saoudite redoute également que le conflit ne finisse par se propager chez lui. Cette guerre n’est donc pas une lutte pour l’hégémonie dans la péninsule arabique entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, mais une question de stabilité du royaume d’Arabie Saoudite.

La dégradation de la situation au Yémen représente un facteur potentiel de déstabilisation régionale. L’emplacement stratégique du pays au carrefour des routes pétrolières à destination de l’Europe, du bassin méditerranéen, de l’Afrique et de l’Asie en fait un enjeu sécuritaire de taille.

Au premier abord, cette intervention a des raisons strictement géostratégiques et sécuritaires : les Saoudiens et leurs alliés ne pouvaient en aucun cas laisser les rebelles chiites, soutenus par l’Iran, menacer le Golfe d’Aden et surtout le détroit de Bab el-Mandeb, situé entre Djibouti et le Yémen, par lequel transitent près de trois millions de barils de brut par jour.

Il s’agit en outre de faire face à toutes les conspirations étrangères ourdies contre ce pays et contre les pays du Golfe et la sécurité de la région.

Le Maroc est lié par un partenariat stratégique multidimensionnel  avec le conseil de coopération du Golfe qui réunit les six monarchies arabes de la péninsule. C’est en vertu de cette alliance et en respect de leurs engagements que les pays du Golfe ont toujours apporté leur inconditionnel soutien au Maroc dans le combat qu’il mène pour la préservation de son unité et son unité territoriale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *