Maroc – Mali : des liens séculaires entre deux pays qui font face à la conspiration séparatiste

roi-mohamed-6-ibrahim-boubacar-keita-ibkDans une édition spéciale «  MAROC MALI, un an après la visite du Roi Mohammed VI », le journal électronique Maliweb.net a publié une série d’articles qui témoigne de la profondeur de la relation entre la République du Mali et le Royaume du Maroc.

Facteur unificateur, l’islam soufiste est toujours bien vivant au Maghreb et dans les pays de l’Afrique de l’ouest. Conférant à la religion musulmane sa dimension spirituelle, consolidant les relations entre les peuples de toute cette région, et apportant des remèdes à des dérives religieuses et politiques. C’est cet apport spirituel du Maroc en Afrique de l’ouest qui a maintenu, dans leur solidité, les relations entre le royaume et les pays de cette région du continent africain, en les mettant à l’abri de l’obscurantisme.

C’est parce que l’islam est associé actuellement dans la conscience occidentale à des images de guerre et de violence, qu’il faut éclaircir certaines opinions sur ce qui était le vrai visage de l’islam dans  les pays de l’Afrique de l’ouest. L’islam africain a beaucoup apporté à l’Afrique dans beaucoup de pays sahéliens, il a servi et sert de ciment à l’unité nationale. Ce qu’il faut considérer d’ores et déjà, c’est que du fait de sa longévité, cette religion n’est pas considérée comme un culte d’origine étrangère. Profondément ancré dans la vie sociale, culturelle et spirituelle dans de nombreux pays sahélo africains, l’islam occupe la majorité d’un paysage spirituel de la région.

Pour les maliens, du sommet jusqu’à la base, le Maroc est perçu dans sa vocation religieuse et dynastique. Le magazine dresse le bilan, un an après la visite au Mali du roi Mohammed VI. Dans son discours à Bamako le 19 septembre 2013, le Souverain déclarait : « la singularité culturelle du Mali, a de tout temps constitué une composante majeure du patrimoine islamique et de l’identité africaine[…] la tradition de la pratique de l’islam au Mali et au Maroc ne font qu’un. Elles se nourrissent des mêmes préceptes du juste « milieu », elle se réclame des mêmes valeurs de tolérances et d’ouverture à l’autre et demeure le fondement du tissu spirituel qui a lié nos deux pays […] attaché à la coopération Sud – Sud, le Maroc ne ménagera aucun effort pour accompagner le Mali pays frère et voisin dans les secteurs socio-économiques que votre pays estimera prioritaire. Il apportera son appui au programme malien de développement humain, notamment en matière de formation des cadres d’infrastructure de base. […] »

Dans une interview accordée au même journal, le président de la république du Mali, Monsieur Ibrahim BOUBACAR KEITA, en réponse à une question sur ce que le Maroc évoque pour lui, répond : « le Maroc évoque à la fois l’Asie, l’Europe et l’Afrique. Il évoque les grandes périodes de l’Histoire. Il convoque nos mythes, nos légendes et nos quêtes d’espace vital : Atlas, Calypso, l’ile d’Ogygie, Ceuta, Ulysse, le roi Antée, les Atlantes, les Gétules, sans oublier les phéniciens et les chroniqueurs arabes d’Al Masudi à Al Tabari en passant par Ibn Kaldun. Comment passer sous silence les provinces conquérantes du Draa, de Fès, du Guir, les Berbères, la Mauritanie, Tombouctou. C’est tout cela le Maroc dans les temps, c’est tout cela le Maroc d’aujourd’hui. Une sorte de Japon africain à la porte de l’Europe. Grace à la méthode et au savoir-faire. »

Les mauvais souvenirs du régime de Moussa Traoré qui avait poussé jusqu’à la caricature de sa démarche de subordination aux adversaires du Maroc avec la reconnaissance en 1984 de la fantomatique République sahraoui sont aujourd’hui effacés. Le Roi Mohammed VI qui a évité d’évoquer la position malienne sur le Sahara, n’en fait pas moins un objectif de moindre importance. En ces moments où la question de l’intégrité territoriale est aussi un sujet sensible au Mali.  Le pays avait à son tour reçu une succession de coup bas, de chantage et de fourberies à travers un soutien aux groupes séparatistes armés. Les maliens n’oublieront pas que le Maroc a pris les devants pendant la crise pour appuyer les résolutions afférentes de l’ONU quand il en présidait le Conseil de sécurité.

Aujourd’hui le terrain de la coopération totale est balisé entre le Maroc et le Mali. Un Mouvement est né pour renforcé l’axe Bamako-Rabat et proposer un modèle marocain à un continent inquiet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *