Sahara: En attente des grandes retrouvailles, poursuite des échanges de visites familiales

Des milliers de familles sahraouies d’origine marocaine se trouvent séquestrées depuis plus de 35 ans dans les camps de Tindouf en territoire algérien. Des familles scindées en deux, le père et ses proches dans les provinces sud du Royaume et la mère et ses enfants dans les camps de Lahmada et vice versa. Même l’accord conclu récemment à Genève entre les deux parties au conflit et sous l’égide des Nations Unies, pour permettre ces échanges de visites par la voie terrestre, tarde à se concrétiser. La gente du Polisario qui n’agit et ne se meut que sous les ordres des généraux algériens, font tout pour ne pas parvenir à un règlement négocié et définitif du vieux conflit du Sahara Occidental. Les dirigeants du mouvement séparatiste continuent à utiliser les populations civiles séquestrées comme prétexte pour quémander les aides humanitaires internationales qui sont détournées et revendues pour alimenter leurs comptes secrets dans les paradis fiscaux. Sur fond de cette sombre impasse, les opérations d’échange de visites familiales, pilotées par le Haut commissariat pour les réfugies (HCR) se poursuivent pour soulager le lourd fardeau de cette séparation.

Vendredi dernier a eu lieu un nouveau vol, le 10ème au titre de l’année 2011, entre les camps de Tindouf et la ville de Laâyoune, chef-lieu des provinces marocaines du sud.
Ils étaient 45 Sahraouis issus de 10 familles qui ont bénéficié de cet échange de visites, selon le bureau de la Coordination avec la Minurso, précisant que cinq familles totalisant 18 membres originaires de Laâyoune ont embarqué, vendredi (12H00), à bord d’un aéronef de l’ONU à l’aéroport Hassan I de cette ville à destination de Tindouf. Cinq  autres familles totalisant 27 personnes qui venaient des camps de Tindouf, ont débarqué du même avion à 16H00.
Ainsi, le nombre total des personnes ayant bénéficié des visites familiales depuis mars 2004, s’élève à 10.674 dont 5.515 personnes en provenance des camps de Tindouf et 5.159 personnes en partance des provinces marocaines du sud.
Ces échanges de visites se font parallèlement à la poursuite des pourparlers informels qui devraient préparer sous les auspices de l’ONU, le terrain aux négociations directes entre le Maroc et le Polisario avec la participation de l’Algérie et de la Mauritanie. Commentant le dernier round de ces discussions tenus récemment à Malte, le secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-Moon a assuré qu’elles constituaient « un pas en avant » dans le processus de règlement du conflit..
« Les deux parties ont pris des décisions concrètes pour accélérer ce processus », a ajouté Ban Ki-Moon dans un entretien publié, samedi, par le journal espagnol « El Mundo ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *